Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Communications individuelles Autoévaluation L’autoévaluation dans le cadre de la certification des compétences C2i®
Navigation
« Août 2022 »
Août
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
 
Actions sur le document

L’autoévaluation dans le cadre de la certification des compétences C2i®

Résumé: Notre recherche se situe dans le cadre de la mise en place, dans les IUFM de France, du C2i® dont les textes de cadrage assignent une place à l’autoévaluation. Considérant que l’autoévaluation est un processus de réflexion en vue d’un apprentissage, nous interrogeons les formations destinées aux responsables du C2i® pour voir si elles favorisent la réflexivité et l’autoévaluation, il s’agit du dispositif de pilotage proposé par la SDTICE et des formations des formations mises en œuvre dans deux IUFM choisis en raison des contrastes entre les formations de formateurs qui y sont déployées. Le matériel empirique est constitué de traces de l’accompagnement mis en œuvre par la SDTICE, de questionnaires renseignés par les correspondants C2i® et d’entretiens conduits auprès de formateurs de ces deux IUFM ayant fait l’objet d’une analyse thématique. Nous montrons que le dispositif national mis en place par la SDTICE laisse une place identifiée à la réflexivité, favorisant ainsi l’autoévaluation des responsables C2i® des IUFM. Dans les deux IUFM retenus, l’un propose une réunion d’informations sur le référentiel, l’autre une formation alternant les temps d’appropriation du référentiel, d’échanges pour la préparation de séquence puis d’analyse des séquences conduites avec les stagiaires. Nous les analysons en montrant en quoi l’une favorise l’autoévaluation et l’autre non. Enfin, nous comparons les points de vue des formateurs sur les formations mises en place. Dans le premier IUFM, les formateurs considèrent qu’il n’y a pas eu de formation de formateurs. Dans le second IUFM, les réponses fournies permettent de conclure que lorsqu’une formation laisse une place identifiée à l’activité, aux échanges et à la réflexivité, elle est considérée comme permettant d’apprendre. Pour conclure, nous discuterons les tensions entre les exigences des textes officiels concernant l’autoévaluation et les formations réellement mise en œuvre à destination des formateurs.